Fernand Pouillon & l’art cistercien

Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il aura sa demeure avec eux ; ils seront son peuple et lui, Dieu-avec-eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux : de mort, il n’y aura plus ; de pleur,  de crise et de peine, il n’y en aura plus, car l’ancien monde s’en est allé. Apocalypse 21, 3 et s.

Extrait d’un grand in-folio de planches illustré des plans, façades et coupes de la Font Saint Joseph du Bessillon (diocèse de Fréjus-Toulon) édité en 1977 par les éd. Jardin de Flore, Paris, Place des Vosges.

Fernand POUILLON est l’architecte du monastère de la Font Saint Joseph du Bessillon ; il est également l’auteur du texte ci-dessous et du roman retraçant la construction de l’abbaye cistercienne du Thoronet, Pierres sauvages.

Plus que partout ailleurs, la vocation des moines maîtres d’œuvre s’expliquait de toute manière. S’il ne nous est malheureusement pas permis de connaître ces artistes et leur histoire, nous les sentons présents chaque fois que nous visitons les lieux où ils édifièrent jadis leurs chantiers. C’est avec émotion que nous évoquons leur présence et surtout l’idée maîtresse qui les anima. On a trop oublié à notre époque que l’édifice ressemblait à son maître. L’âme d’un architecte est semblable à ses œuvres : flatteuse comparaison pour l’époque des monastères, terrible vérité pour notre temps.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s