Extraits de correspondance

Il est certain que ce site a un caractère particulier que perçoivent les visiteurs au-delà de l’aspect de monument historique classique que partagent de nombreuses autres chapelles de la même époque. Vous parlez de l’âme retrouvée de cette chapelle et de la perception d’une Présence transcendante qui la caractérise ; c’est une grâce que cette modeste chapelle l’exprime. Dans le monde matérialiste il n’y a aucune explication à ce phénomène, mais dans le milieu spirituel toutes les possibilités sont ouvertes. 

Jean-Luc ROGER 25 décembre 2016.

Statut juridique

En droit français, la chapelle Notre-Dame-de-Spéluque dite également chapelle Notre-Dame-du-Plan (cad. C 352) est classée au titre des monuments historiques par arrêté du 26 juin 1990. Elle est répertoriée dans la base Mérimée, base de données sur le patrimoine architectural français du ministère de la Culture, sous la référence PA00081524.

Elle est actuellement propriété (privée) de l’Association diocésaine de Fréjus-Toulon et mise à la disposition de l’Association des Amis de Notre-Dame-de-Spéluque par bail emphytéotique de 99 ans (« avec tous les droits et les devoirs du propriétaire », cf. bail). La présidente de l’association est Sœur Marie du Saint-Esprit, op. Cette association loi 1901 a été déclarée en sous-préfecture de Draguignan le 14 novembre 1990 (JO du 8 décembre 1990, n° 49, p. 3051). Son objet est le suivant : « sauvegarder le patrimoine religieux de la chapelle de Notre-Dame de Spéluque en le mettant à la disposition de moniales dominicaines. » Son siège social est à la chapelle de N.-D. de Spéluque. Actuellement l’association des Amis de Notre-Dame-de-Spéluque œuvre à redonner vie à ce lieu saint où, loin de l’agitation et des déformations du monde, Jésus et Marie sont présents pour parler au cœur du pèlerin.
Les pèlerins, visiteurs, amis, peuvent s’associer financièrement à la restauration. Tout don donne lieu à un reçu fiscal.

En droit canonique, la chapelle est un oratoire selon le canon 1223 du Code de droit canonique de 1983. Elle est sous la responsabilité du chapelain (canons 564 et suivants) nommé par l’Ordinaire du lieu, Monseigneur Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon.

Sources documentaires, droits d’auteur : Article Wikipédia (cc by-sa 3.0).

Gravure d’illustration : dessin de la borne milliaire christianisée de Notre-Dame de Spéluque, reproduit dans l’article de Laflotte, « Deux mégalithes à cupules dans le département du Var », Bulletin de la Société préhistorique de France, Année 1929, Volume 26, Numéro 3, pp. 206-208. Devant la chapelle Notre-Dame de Spéluque à Ampus une croix en fer plantée dans une pierre cylindrique est le vestige d’une borne romaine. Sur le fût étaient mentionnés le nom de l’autorité (empereur, consul) à l’initiative de la construction ou de la réfection de la voie, ainsi que la distance en milles romains entre la borne et la cité administrative la plus proche, Fréjus (Var) et Riez (Alpes-de-Haute-Provence), mais aussi la date des travaux réalisés en 1898 par la famille de Jerphanion.

Cartularium abbatiae Lerinensis

I – LXI Adalbert étant abbé de Lérins, Béranger étant évêque de Fréjus dans le Val du Camp d’Empure et Almaric son préposé aux affaires canoniques  (…) 《 placuit Deo (…) basilicam ejusdem loci quod dicitur Speluca (Beate Marie de Speluca) consecrata hac consecratione facta IIII idus januarii, luna XXIIII, anno ab incarnatione Domini M.XC., regnante in perpetuum Christo 》(10 janvier 1090).

Nouveaux statuts de Lérins édictés le 3 mars 1353 par un chapitre général que présida l’abbé Guillaume de Blieux, tous les 98 religieux étant présents  (dont 27 demeurant dans le monastère de Lérins, 48 dans les prieurés – dont la basilique de Spéluque à laquelle est liée l’église Saint Michel  (actuellement chapelle Saint Michel propriété de la commune d’Ampus), les 23 autres ayant des charges diverses. Décision : les prieurés doivent comporter 1 à 4 moines + 1 prieur y résidant (Spéluque : 4 moines ; Saint Michel : 1 moine).

Accès – Pèlerinage en famille

La chapelle est située en France dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans le Haut-Var, à 600 m d’altitude, à 20 mn de Draguignan. En sortant du village d’Ampus, prendre la direction de Tourtour, rouler pendant 2 km environ, prendre à droite la D 49 en direction du lac Sainte-Croix, rouler de nouveau pendant 2 km environ, tourner à  droite à l’oratoire en bordure de la route, prendre la direction « Le Plan », passer devant une vieille bastide du XVIIIe siècle en ruine (le Moulin-Vieux), à l’embranchement suivant prendre à droite jusqu’au panneau indiquant la chapelle de Notre-Dame de Spéluque desservie par un chemin pierreux légèrement en pente entre des champs pauvres… et au détour d’un bosquet, la chapelle romane enchâssée dans un écrin d’arbres multiséculaires.

Géolocalisation : 43° 37′ 26,04″ N, 6° 21′ 52,99″ E

La chapelle et son environnement sont réservés à la rencontre avec Dieu dans le silence.

Pèlerinage en famille

Pour les amateurs de marche à pied, il est possible de se rendre à Notre-Dame de Spéluque à partir du village d’Ampus par un itinéraire en boucle. Une petite randonnée pèlerine en famille… de 8 km et de 2h40 avec petits enfants.

 

Cérémonies liturgiques

Photo : Alexis CAMPO, Jeudi de l’Ascension 25 mai 2017

Tous les dimanches et fêtes, messe orientée vers le Seigneur à 11h00 dans la forme extraordinaire du rit romain et chant grégorien (lectures en français).

Desservants incardinés dans le diocèse de Fréjus-Toulon :

  • Abbé Alexis Campo, chancelier du diocèse  & chapelain
  • Abbé Jean-Christophe Pélégri

Pour contacter l’abbé Alexis Campo, chapelain : 06 44 13 44 97

Pour contacter sœur Marie du Saint-Esprit, op, présidente de l’Association des Amis de Notre-Dame de Spéluque : 06 28 92 91 16

Dans cette chapelle la messe est dite habituellement dans la forme extraordinaire du rit romain. La configuration des lieux ne permet que des messes célébrées vers l’Orient (soleil levant) sur un autel du Xe siècle.

S’adresser au chapelain ou à la sœur dominicaine pour une visite des lieux ou une demande de célébration de messe. Prévoir d’amener ses propres ornements et vases sacrés.


Réflexions du Cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le culte divin, sur le sacré: le cardinal constate que souvent le prêtre ne célèbre plus l’amour du Christ à travers son sacrifice mais célèbre une rencontre entre amis, un repas convivial, un moment fraternel. En cherchant à inventer des liturgies festives nous courons, dit-il, le risque d’un culte trop humain, à la hauteur de nos désirs et des modes du moment. Pour replacer Dieu au centre de la liturgie le cardinal donne deux moyens : le silence et la célébration tournée vers Dieu.

« Se convertir, c’est se tourner vers Dieu, dit le cardinal Sarah, prêtres et fidèles ensemble dans la même direction, vers le Seigneur qui vient. Par cette manière de célébrer, nous expérimentons, jusque dans nos corps, la primauté de Dieu et l’adoration. nous comprendrons que la liturgie est d’abord notre participation au sacrifice parfait de la Croix. J’en ai fait l’expérience ; en célébrant ainsi, l’assemblée, avec le prêtre à sa tête, est comme aspirée par le mystère de la croix au moment de l’élévation ».

En mémoire de Jules Marquis de LYLE-TAULANE

Sur une plaque en marbre sont gravés les mots latins suivants :

ulii Marchionis de LYLE-TAULANE
avi mei
Qui hoc sacellum restituit
atque par effecit Bae Mariae Virgini honorandae
et matris meae sanctissimae feminae
virgini deiparae devotissimae
quae idem sacellum temporibus iniquis
ab impia spoliatione liberatum
fidelium pietati conservavit
memoriae sacrum
H. J. IX-VIII-MCMXLVII

En mémoire de Jules Marquis de LYLE-TAULANE mon grand père
qui a restauré ce sanctuaire
et l’a rendu à la dévotion en l’honneur de la bienheureuse Vierge Marie
et de ma mère très sainte femme et très dévote de la Vierge Mère de Dieu
qui, de même, a libéré en des temps iniques ce sanctuaire sacré de l’impie spoliation et l’a conservé à la piété des fidèles.

Henri de Jerphanion, 9 août 1947

Photo : Alexis Campo, 16 avril 2017, tableau attribué à Louis Brea, peintre primitif niçois (vers 1450-vers 1522-1525) dépôt à Notre-Dame de Spéluque pour Pâques.